Stomy Bugsy – Avoir Le Pouvoir Lyrics

[Couplet 1]
J’ai 20 ans, je suis jeune et insolent, élevé au mafiosi roman Puzo
Je veux mon réseau pour foutre ça dans tous les naseaux
L’ordure, le salaud qui se mettra en travers en pâture dans un zoo
Ou dans un bordel sado-maso
Dans la grande classe il y a dix étages et je suis au premier
Bien dormir. Dollars, yen, livres sterling, deutsch mark
Dans mon sommier, saucer dans le plat de l’état
Foi en l’omerta, vendetta
Le Martello Othello Mysto, tu connais la musique tactique, classique
Voitures volées, repeintes, équipées de fausses plaques minéralogiques
Les numéros des pistolets effacés
À coté de moi 2 Neg’ musclés armés et tassés
3 balles et basta, prit le Saint-Esprit ou Jah, si tu es rasta
J’ai foi en la corruptibilité claqué, me l’a pété, arnaqué
Blanchir mon fric sans avoir la lessive à payer
Tu sais, dans la vie il n’y a pas 36000 trucs qui me font bander

[REFRAIN]
Même les plus caïds finissent dans le caveau
La vie est une salope autant être son macro
Si tu joues avec le feu, ils auront ta peau
Je préfère vivre peu de temps que longtemps comme un vre-pau

[Couplet 2]
Tu crois que quoi, hein? Que je vais m’entourer de branleurs?
Jamais à l’heure, même pas fichu de braquer sans se faire attraper
Ceux qui veulent la belle vie sans avoir à la mériter
Mon cul, ouais! Mais je la aaah dans les draps
Défier mon destin, pas balancer mes copains
Jouer au golf, qu’on m’écoute comme ce chien d’Adolf
Être traité comme un Dieu
Avoir pouvoir de vie ou de mort sur des miséreux
L’erreur est humaine, j’avais misé sur eux
La sentence calibre 22 pas de silencieux
Ca résonne même dans les cieux
Tous mes sens s’émoussent dans mon bain en mousse
Il neige en enfer dans ma demeure meurtrière
Mon comptable me compte mes profits, faramineux
Mon bras droit épie les problèmes épineux
Et dans mon téléviseur les politicards à la mords-moi-le-noeud
Descente de flicaille dans ma villa ça braille. Aïe! Aïe! Aïe!
Mandat de perquisition, je feinte mais leurs veuves ont porté plainte
Une dizaine de dépositions
Dans ma cellule, comme 2 et 2 font 4
Je levrette mon avocate et sors la tête haute
Rappelle-toi, le maire était mon hôte

[REFRAIN]
Même les plus caïds finissent dans le caveau
La vie est une salope autant être son macro
Si tu joues avec le feu, ils auront ta peau
Je préfère vivre peu de temps que longtemps comme un vre-pau

[Couplet 3]
Quelques années sont passées, je n’ai pas changé
Toujours orfèvre en la matière
Que la conccurence crève au fond de l’eau
Mais je ne vais pas buter une éternité
Je veux légaliser comme un Clericuzzo
Être juridiquement inattaquable, extrêmement rentable
Je ne regrette rien, moi, l’ange exterminateur de vauriens
Éclateur d’une verrue sur le nez d’une beauté cotée
Primo, l’argent protège de tout, sauf des yeux d’un joli minou
Mets à l’abri ta famiglia des scélérats
Comme dit Bugsy, on a tous besoin d’un nouveau départ dans la vie
J’arrête les conneries, résolution prise dans une nuit de tise, d’insomnie
Demain, j’appelle le cardinal, je confesserai mes péchés, tout le mal
Et passerai les commandes à mes enfants, pour ça ils ont le sang
Une dernière nuit de décadence avec élégance
Je sors sans gardes du corps, fais place à mon sort
Dans le monde que j’ai construit, je suis le plus fort
C’est la fin de la nuit, j’ai assouvi toutes mes envies
Je chasse mes derniers démons
Seul dans la nuit éclairé par les feux des néons
Je me dirige vers la maison. Eh? Qué? Qué passa?
Je sens ce qu’ont ressenti toutes mes victimes
Mon esprit en vrille vers l’abîme
Mon cœur se glace, je le savais
Le sang des innocents laisse des traces

Même les plus caïds finissent dans le caveau
La vie est une salope autant être son maquereau
Si tu joues avec le feu, ils auront ta peau
Mais de mort violente finissent les mafiosos
Ils l’ont eu, et je sais très bien que je n’irai pas la-haut

Avoir le pouvoir, le monde est si pourri
Qu’il pousse l’homme à… pour la victoire

Leave a Reply

Your email address will not be published.